Read Entre amour et plaisir by Sharon Kena Online

entre-amour-et-plaisir

 Victoria se donne les moyens de réussir sa vie professionnelle en ayant l'audace de forcer un rendez-vous avec l'homme le plus diversifié au monde : Owen Kennedy. Multimilliardaire à qui rien ne résiste, Owen a créé un business dans beaucoup de branches. Ce que Victoria lui propose c'est de l'inédit : fonder sa propre maison d'édition. Grâce à cela, la jeune femme se Victoria se donne les moyens de réussir sa vie professionnelle en ayant l'audace de forcer un rendez-vous avec l'homme le plus diversifié au monde : Owen Kennedy. Multimilliardaire à qui rien ne résiste, Owen a créé un business dans beaucoup de branches. Ce que Victoria lui propose c'est de l'inédit : fonder sa propre maison d'édition. Grâce à cela, la jeune femme se fait un nom et atteint une notoriété impressionnante, mais pas seulement, dans les bras d'Owen, elle trouve aussi l'amour avec un grand A. Mais elle fait une rencontre qui chamboule sa vie… Elle est amoureuse d'Owen, mais elle goûte à un plaisir inimaginable dans les bras de Peter. Jusqu'au jour où tout bascule… Owen découvre la vérité. Cet homme qui lui a tout donné, qui a réalisé son rêve vient d'être brisé. Victoria n'a alors plus qu'une envie : récupérer son homme. Mais cela semble impossible…...

Title : Entre amour et plaisir
Author :
Rating :
ISBN : 19444786
Format Type : Kindle Edition
Number of Pages : 128 Pages
Status : Available For Download
Last checked : 21 Minutes ago!

Entre amour et plaisir Reviews

  • Heronolen
    2019-03-04 20:13

    « Elle voyait sa photo dans les magazines depuis plusieurs années, avant de le rencontrer, il y a quelques mois. Elle ne l'a pas choisi par hasard, elle savait qu'avec lui elle aurait plus de chance d'être aidée, mais aussi parce qu'il représente son fantasme. »Petit résumé rapide : Vicky a écrit des tas de romans qu’elle n’a jamais envoyé à un éditeur. Jusqu’au jour où elle contacte Owen Kennedy pour lui demander de publier son œuvre. Problème ? Owen n’est pas éditeur. Vicky lui demande de la publier parce qu’elle le trouve beau.Il décide de fonder une maison d’édition pour la publier parce qu’il la trouve bonne.« Elle lui a plu dès qu’il l’a vue entrer dans son bureau, il y a de ça des mois. D’abord, son physique de femme sûre d’elle, puis son esprit et son caractère.C’est d’ailleurs l’une des raisons qui l’a fait accepter de créer les Éditions Kennedy. »Accrochez vos ceintures !Je crois qu’il va falloir que quelqu’un explique comment marche le monde de l’édition à Sharon Kena.« Il ne voit pas comment il lui serait possible de travailler à distance. Il souhaite qu'elle s'installe sur Paris. Purement et simplement. »Non, Sharon, tous les auteurs n’habitent pas Paris. Ils n’ont pas de bureau au sein même de leurs maisons d’édition. Pareil pour les illustrateurs.« À nouveau seule, elle s'attèle à la correction de son premier chapitre. L'ordinateur regorge de logiciels miracles qui l'aident à perfectionner ses écrits malgré qu'elle n'en ait pas spécialement besoin. Elle est pleine de talent et le bel Owen l'avait reconnu rapidement la première fois qu'il l'a vue. »Sharon, sache que les maisons d’édition ont des gens qui se chargent des corrections et du choix de la couverture.« – As-tu choisi lequel tu souhaites sortir en premier ?– Je pensais à celui qui traite des démons et que j'ai intitulé Les anges déchus.– Montre-moi, réplique-t-il en se positionnant derrière elle qui est assise sur le fauteuil en cuir noir. »Sharon, l’éditeur est sensé lire et sélectionner les livres qu’il veut publier, voir travailler avec l’auteur avant la publication du livre pour l’améliorer. Mais bon, dans la vraie vie, un millionnaire fonde rarement une maison d’édition juste pour publier la fille mariée qu’il veut sauter.« – Je te grillerai dans le métier dès que tu quitteras les Éditions Kennedy. De plus, je te signale que tu as promis l’exclusivité de tes livres à ma boite. »Sauf qu’un auteur peut parfaitement récupérer ses droits et retirer ses livres de chez un éditeur. Quant à ses futurs publication, il est légalement impossible à un éditeur de forcer un auteur à les publier chez lui.Sachant que Sharon Kena est sensée être éditrice en plus d’auteur… Ben ça fait un peu peur.Autre particularité des éditions Kennedy, outre leur fonctionnement plus que olé-olé : ils ne semblent pas connaître les mails et participent à 50% de la déforestation de la planète.« – J'ai terminé le second chapitre, annonce-t-elle en lui tendant les quelques feuilles imprimées et agrafées entre elles. »« – Tu aurais son manuscrit sous la main ? demande-t-il à Victoria.Elle le sort de son bureau avant de le lui tendre. Il la remercie de la tête avant de feuilleter les pages où dansent les mots. »Vicky imprime systématiquement ses chapitres pour les donner à Owen. L’illustrateur de la boîte, qui lui aussi travaille sur place, imprime ses croquis pour les montrer.Bref.Owen publie donc Vicky car il la trouve physiquement intelligente. Problème : Vicky est mariée. Enfin, quand je dis problème… Après deux galipettes, Vicky divorce. Ce qui dure deux petites phrases dans le livre et on entendra plus parler du pauvre mari qui se sera fait largué au téléphone.« Le soir même, elle annonce sa décision à Owen : elle va demander le divorce. Il est consterné et ne trouve rien à lui répondre. Du coup, elle doute. Elle est en train de se demander si leur aventure n’est pas que du sexe pour lui. »Non mais ça fait quand même que deux jours que vous couchez, ma petite.Grâce à sa relation avec Owen, c’est elle qui devient PDG de la maison d’édition par la suite. Autant vous dire qu’elle ne semble ne rien faire à part, de temps en temps, s’enfermer dans son bureau bosser sur son futur livre.Au bout de deux ans, Vicky s’ennuie : Owen travaille tout plein et n’a plus le temps de regarder un film le soir avec elle et de l’honorer. Au lieu de s’acheter un chat et un sextoy, Vicky préfère se choper un amant. Amant qui est une star de cinéma super musclée, célèbre et sexy, avec un gros zizi et capable de la sauter pendant des heures.Bien entendu, Peter, son amant, est un client de son PDG de mari.Bien entendu, Owen découvre toute l’affaire et est très fâché. C’est maintenant à Vicky de le reconquérir…Voici enfin un petit florilège rien que pour vous ! Je ne me suis pas amusée à y intégrer les fautes d’orthographe et de conjugaison qui ponctue de temps en temps ce texte, mais je tiens à préciser qu’il est écrit en gros et gras au début du livre "relu et corrigé par Ambre Kerrien". Je tiens donc à la remercier pour les quelques perles qu’elle a laissé passer.« Victoria sent son coeur s'emballer. C'est son premier jour et c'est aussi rien que pour elle. »« Elle transfère tous ses écrits puis peut ainsi se mettre en quête de la découverte de l'ordinateur. »« Tu as créé une dépendance sur moi. »« J’aimerais qu’on brise cet abcès entre nous. »« Tout aussi vite, il déballe ses bijoux de famille qu’il introduit en elle. »« – J’ai eu recours à madame cinq doigts en imaginant que c’était toi. »« Tous ses pores s’ouvrent rien que pour lui, son corps le réclame, alors que son cerveau lui intime de se contrôler ! »« – Ah ! Tu veux jouer au même jeu que moi, comprend-il en enveloppant ses obus cachés sous la dentelle noire. »Enfin, petit bonus : « Victoria s’occupe des nouveaux auteurs depuis qu’elle est passée PDG des éditions et Owen ne fourre – normalement – pas son nez dans ses affaires. Aujourd’hui, elle a souhaité recevoir la jeune femme suite à la réception de son manuscrit qui l’alittéralement captivée. Elle ne s’occupe habituellement pas de sélectionner les manuscrits, mais le titre l’a séduite et elle a commencé à lire quelques lignes avant de ne plus pouvoir s’arrêter.- Mademoiselle Kean. »« Aujourd’hui, les éditions comptent quatre auteurs, dont Victoria et elle ne compte pas spécialement agrandir la « famille ». Elle donne l’exclusivité à ses poulains. Mais cette demoiselle Kean l’a tellement captivée avec son histoire qu’elle compte l’ajouter à ses brillants auteurs. »Oui. Mademoiselle Kean. J’ai été très déçue d’apprendre qu’elle s’appelait Jenny et non Shoran.