Read Les Bêtises de Lili by Linda Saint Jalmes Ati Online

les-btises-de-lili

Dès ses premiers pas, Lili accumule boulettes, gaffes et situations rocambolesques. Ses mésaventures vous plongeront dans un mémorable bêtisier et feront ressurgir vos propres souvenirs. Car, ne nous leurrons pas, nous sommes toutes et tous des "Lili" en puissance, ou, tout du moins, avons-nous des êtres tendres et extravagants parmi nos proches qui ressemblent à cette pétDès ses premiers pas, Lili accumule boulettes, gaffes et situations rocambolesques. Ses mésaventures vous plongeront dans un mémorable bêtisier et feront ressurgir vos propres souvenirs. Car, ne nous leurrons pas, nous sommes toutes et tous des "Lili" en puissance, ou, tout du moins, avons-nous des êtres tendres et extravagants parmi nos proches qui ressemblent à cette pétillante jeune femme. Ne tardez pas, venez vous évader avec les bêtises de Lili. Sansations fortes garanties, aucun remboursement à la sortie....

Title : Les Bêtises de Lili
Author :
Rating :
ISBN : 9782365382960
Format Type : ebook
Number of Pages : 166 Pages
Status : Available For Download
Last checked : 21 Minutes ago!

Les Bêtises de Lili Reviews

  • Heronolen
    2018-11-13 05:55

    Difficile terrain que celui de l’humour. Rien de plus subjectif et il est facile de se prendre un bide.Et entre Lili et moi, le courant n’est pas du tout passé.Débutons notre lecture, voulez-vous ?Déjà, dès le premier chapitre, un mot sur deux semble entouré de guillemets. Ca commence bien.Parfois autour de mots d’argots ou inventés et puis parfois…« Lili était née en seconde position. Elle était donc une « cadette ». […] Le « milieu » était sa place et avait fait d’elle « l’avocat » de la famille. Enfin, pas tout le temps, mais presque. »« Les pages à venir vous narreront quelques « bêtises » de Lili et seront écrites sous forme de petits chapitres. Ne vous attendez pas à de la romance, ici, elle n’a vraiment pas sa place. »Je crois que c’est bien la première fois que l’auteur d’un livre m’annonce que je ne vais pas lire une romance dans un livre d’un genre autre. Me voilà rassurée. Beaucoup de prennent pas cette peine et quelle n’a pas été ma déception de ne pas trouver d’histoire d’amour passionnée dans le Prince.« Sachez que pour une bonne partie de votre lecture, les téléphones portables, les ordinateurs, et beaucoup de choses, n’existaient pas comme aujourd’hui. »Ca, c’est pour si vous êtes un peu teubé. Car le titre du chapitre suivant est : Le tracteur, l’an 1976.« Les arrêts, n’en parlons pas, papa était à fond sur la fin du trajet, et Alexian a mêmedû faire pipi dans une bouteille pour ne pas perdre de temps. Le chanceux ! Lili aussi aurait voulu avoir un « robinet », c’était si pratique quand on visait bien le goulot (uniquement quand on visait bien). »Je… Non. Rien.Ensuite, c’est vraiment très drôle parce que Lili plante un tracteur dans une fosse à purin.Ca ne doit pas du tout coûter cher un tracteur et ça doit être très facile à extraire de quelques quintaux de bouse.Lili déménage : sa famille part de Bretagne et s’installe en Alsace.« Pendant un temps, ça va, Lili pense à autre chose, ou ne pense plus du tout. »Ah, je comprends mieux.Lili volera ensuite des cigarettes mais ne peut pas les fumer car elle a oublié les allumettes.Ah.« Marie-Jo a ajouté sa touche personnelle à la décoration extérieure de la maison. Sur la pelouse toute fraîche trône une immense pierre levée et dessus, papa a vissé une mouette en plastique. Maman souffrirait-elle également d’être séparée de la Bretagne ? »Lili s’amusera ensuite à débrancher toutes les clôtures électriques des éleveurs du coin.« — On ne sait vraiment pas comment c’est arrivé. Les gars ont mis des heures à attraper une bonne partie des vaches qui se sont enfuies des prés des collines. Je suis certain qu’il en reste encore, à cette heure, à récupérer sur des kilomètres à la ronde. Et pense donc, Marie-Jo, le maire en compte plus d’une centaine ! Son troupeau s’est mélangé aux autres, et les vaches ont envahi les villages voisins. Plus personne ne pouvait aller dans les rues, les bêtes étaient partout ! Cela a créé une foutue... pardon... une sacrée zizanie et des bouchons sur toutes les routes ! Il va falloir les regrouper, trouver quelle vache appartient à quel propriétaire. Je vous jure, un sacré fout... merdier ! »Les mignonnes bêtises de Lili sont franchement amusantes. Moi je dis que ça manque de vaches écrasées pendant que, paniquées, elles traversaient les routes.Ensuite, on achète un chien à Lili. Autant dire que le bête à peine dressée s’enfuit régulièrement pour aller saillir toutes les chiennes du coin.Les parents sont désemparés et ne savent pas quoi faire pour calmer le chien.…Sans rire ?!Et Lili, en promenant le chien, le lâchera dans un poulailler où il brisera la nuque d’une bonne moitié des oiseaux.Non vraiment, c’est très amusant.Voilà. J’arrive maintenant au chapitre cinq et je ne pense pas vous donner plus d’exemples : le livre est très court.(view spoiler)[« La première fois que Lili a fumé avec les poumons, elle a cru qu’elle allait mourir de suffocation. »C’est pour ça qu’il vaut mieux fumer avec le rein gauche.Oh, Lili a mis le feu à son collège. C’est très amusant.Ensuite, Lili, treize ans, travaille comme serveuse au bar de son oncle et de sa tante. En toute logique, ils laissent la gamine aux commandes, et pas juste le temps d’aller faire une course, non.Un exhibitionniste en pardessus en profite pour montrer son sexe à la jeune fille. Personne ne pense à appeler les flics et tout le monde trouve ça très drôle quand la cuisinière le chasse avec un balai.Cet épisode donne donc le droit à Lili d’utiliser le lave-vaisselle.Personne ne lui montre comment faire et Lili inonde le bar.« Eh oui, Lili est friande de romantisme ! […] Cela fait tout drôle de se découvrir « fleur bleue » comme disent les mauvaises langues qui ne consultent qu’un article du journal par semaine – probablement moins que ça – et certainement à la page des annonces de décès, c’est tellement plus intéressant. »Oh ! L’auteur doit régler des comptes là ! Enfin quelque chose qui m’a fait rire.« — Il s’appelle comment ? souffle-t-elle dans l’oreille de son amie. — Yo, Chan-Louis ! répond Cornélie avec son accent alsacien. Traduction : Jean Louis. »Je me sens quand même régulièrement prise pour une buse.« C’est un boulot passionnant que de s’occuper des médicaments qui vont sauver des vies humaines, et ça l’est encore plus quand Lili est en bonne compagnie, car ses amis sont tout aussi pitres qu’elle. À l’intérieur du bloc, ils chahutent très souvent à s’arroser d’alcool en pulvérisateur, on a l’impression de se transformer en glaçon en un instant. »« Nous sommes le samedi 25 novembre 1995 et demain, dimanche 26… »« Peu avant le péage de l’autoroute A35, Lili prend la sortie de Hochfelden en direction d’Alteckendorf, Ettendorf, Buswiller, Obermodern pour parvenir enfin à Schillersdorf. »« — C’est la nouvelle attraction du Krypton, la discothèque de Pfaffenhofen. »« Cela n’est pas dû à une déficience mentale, car Lili ne manque pas d’intelligence, loin de là. »« Isabelle a prévenu la jeune femme, par messagerie sur internet, qu’elle devait absolument faire attention aux pickpockets qui grouillent dans la capitale et ne pas porter de sacs ou d’affaires trop précieuses et voyantes sur soi. Lili a bien écouté, et pour déjouer les voleurs, elle a tout simplement bourré ses poches d’objets les plus farfelus et sonores : nez de clown qui fait « pouet-pouet », pelote de poils piquants, lunettes de soleil à fausse moustache, boîte à musique qui fait « meuh ». Elle a tout un arsenal. »« — OK, alors, comment appelle-t-on un gendarme assis sur un tracteur ? […]— Langue au chat, répond Cindy après un moment où Lili ne cesse de faire non de la tête tout en riant des réponses de tous. — Un poulet fermier ! — Extra ! s’amuse Isabelle.»« Le reste de la commande se passe sans plus de mal, Paul et Marjorie ont pris un menu pizza, Cindy un menu escalope normande et pâtes, et Lili un menu escalope milanaise et frites. Tous quatre ont choisi de l’eau et une tarte aux pommes pour finir. »« Les femmes, en général, aiment avoir leur garde-robe pleine à craquer. Elles collectionnent les chaussures, les vernis à ongles, ou font un élevage de hamsters ou de poissons rouges. »« — Mais enfin ! Ce n’est qu’une petite fille ! C’est tout à fait normal qu’elle se gausse de la différence des autres. J’aurais fait de même à son âge. » (hide spoiler)]Linda Saint Jalmes passera son temps à mettre des notes de bas de page pour nous expliquer ce que sont les francs, x-files ou encore la flammeküche. En revanche, quand Lili éprouvera une douleur térébrante, vous allez pouvoir vous gratter. Si vous aimez les blagues de crottes de chien, les animaux en danger voire morts, les longues descriptions de menus de restauration rapide, la destruction de matériel coûteux… Alors oui, Lili pourra vous faire rire.["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>["br"]>

  • Akasha (Mes petits crimes et délits)
    2018-11-15 03:33

    Comment passer une superbe après-midi avec beaucoup de rire ? En lisant ce livre-ci qui est un beau remonte-moral, un vrai petit bijou, un beau petit coup de coeur !Ma chronique complète très bientôt